MOLIERE : Méli-mélo Oratoire Librement Inspiré d'Errances dans le Répertoire de l'Eponyme

MOLIERE

Cliquez sur une photo pour lancer le diaporama.

Photos : Benoît Gilles

MOLIERE
Méli-mélo Oratoire Librement Inspiré d'Errances dans le Répertoire de l'Eponyme

Spectacle Jeune public à partir de 10 ans

Conçu, mis en scène et joué par : Clément Beauvoir, Lucas Hénaff et Etienne Luneau
Durée : 1h05

« Cet homme ne pouvait pas vivre une seconde hors du théâtre. »

Mikhaïl Boulgakov, Le roman de Monsieur de Molière

Quand on fait du théâtre, on croise Molière à tous les coins de sa carrière : à l’école, on regarde les photos des vieux acteurs des Classiques Hachette en se disant que leurs costumes doivent sentir mauvais ; au conservatoire, on voit patiner des camarades dans la première scène du Misanthrope ; dans une compagnie, la bonne idée de « monter un Molière » se heurte périodiquement à des interrogations essentielles telles que « lequel? », « comment? », « à quoi bon? » qui se concluent en général par « c’est déjà tellement fait... »… Et on garde en tête des morceaux familiers, comme des rengaines enfantines qu’on ne chante plus jamais : « Que diable allait-il faire à cette galère? », « Le petit chat est mort », « Marquise vos beaux yeux », « Peste soit du fou fieffé »… Cette familiarité, on l’éprouve aussi pour le personnage : un jeune homme qui refuse l’avenir confortable que lui réservait son père, qui part de presque rien pour arriver au roi, au succès et à la postérité, en ayant l’air de bien s’amuser tout le temps, c’est l’histoire et le rêve de tous les jeunes comédiens…

Et dernièrement, quand est revenue la périodique question, c’est avec étonnement que nous y avons trouvé toutes les réponses : « Lequel? Tous », « Comment? En bouquet », « A quoi bon? Pour s’amuser ». « C’est déjà tellement fait… C’est sans doute que ça en vaut la peine! »

Et voilà donc notre spectacle! Et son titre, qui dit à peu près tout de lui : Méli-Mélo parce qu’on y raconte un tas de choses avec une rigueur pas tout à fait universitaire ; Oratoire parce qu’on y parle beaucoup ; Librement parce qu’on en dit tout ce qui nous passe par la tête ; Inspiré parce que nous le sommes ; Errances parce que nous aimons nous promener là où l’on trouve à jouer ; Répertoire parce que le sien est notre matière première ; Eponyme parce que c’est de lui qu’il s’agit. MOLIERE parce qu’en long, en large, en détails, en approximations, en impressions et en projections, nous chantons la rengaine familière de celui qu’on aurait bien aimé avoir pour camarade de jeu.

Avec des extraits de Le médecin malgré lui, Dom Juan, Le bourgeois gentilhomme, Les fourberies de Scapin, Les précieuses ridicules, L'avare, Tartuffe...

Dossier de présentation

Archive de photos

Consultez tous les documents liés à ce spectacle dans l'espace PRO
Retrouvez nos prochaines dates